Bannière Faculté des arts Département de danse

Jeudi 25 septembre:
Création et écriture chorégraphique

8h15 : Accueil des participants (café-croissants)

8h45 :  Mot d’ouverture et état des lieux
Ginette Ferland, directrice générale de Bouge de là et l'une des instigatrices du Colloque, dresse un bref bilan de la situation actuelle de la danse dédiée aux jeunes publics au Québec et souligne la pertinence de se réunir pour mieux définir son identité et débattre des enjeux de son développement et de sa diffusion.

En savoir plus

Ginette Ferland

Ginette-Ferland

Diplômée de l'Université de Montréal en psychoéducation (1981) et de l'Université du Québec en enseignement de la danse (1988), Ginette Ferland est cofondatrice de la défunte compagnie Brouhaha Danse (1988-1999), un collectif de quatre chorégraphes qui a fait sa marque sur la scène montréalaise. Durant les années 90, elle porte le chapeau de directrice artistique de trois éditions de la Journée internationale de la danse et travaille pour plusieurs grands événements (Festival du Nouveau-cinéma, Festival Juste pour Rire...).

Durant les vingt dernières années, elle a assumé les relations de presse de plusieurs compagnies de théâtre et de danse. Elle est, entre autres, attachée de presse du Théâtre de La Manufacture (La Licorne) depuis 1997. Passionnée de danse sous tous ses angles, elle est directrice générale, responsable des communications et de la diffusion pour Bouge de là. En 2013, elle a remporté le Prix «Manager of the Year» décerné par le BC Touring Council (réseau des diffuseurs de la Colombie-Britannique).

 

 

Normal 0 21 false false false FR-CA X-NONE X-NONE Ginette Ferland

9h00 : Historique
L'historienne de la danse Marie Beaulieu retrace les temps forts de la courte histoire de la danse pour jeunes publics au Québec en évoquant ses acteurs, leurs principales réalisations, leur sphère de rayonnement, les défis auxquels ils ont été confrontés et les facteurs qui ont favorisé ou ralenti leur expansion jusqu'à aujourd'hui.

En savoir plus

Marie Beaulieu Ph. D

Marie-Beaulieu

Professeure au Département de danse de l'UQAM depuis 1998, Marie Beaulieu a dirigé le programme de premier cycle de danse de 1998 à 2002 et en a été la directrice de 2006 à 2010. Elle a obtenu, à l'Université de Montréal, son doctorat en histoire de la danse en 2008 avec mention d'honneur. Spécialiste des pratiques sociales des danses et de leur impact dans les différentes sociétés, elle a participé à plusieurs émissions de télévision à titre d'experte et a produit un document multimédia sur le parcours de Vincent Warren, personnalité importante de la danse au Québec. Avec ses collègues du groupe de recherche interuniversitaire Aristarque, elle se penche sur l'étude du discours critique et des grandes polémiques dans les journaux montréalais anglophones et francophones de la première partie du XXe siècle. Elle est aussi commissaire de l'exposition Pas de deux... du conte au ballet qui se tient à la Grande Bibliothèque jusqu'en octobre 2014.

 

Normal 0 21 false false false FR-CA X-NONE X-NONE Professeure au département de danse de l’UQAM depuis 1998, Marie Beaulieu y a obtenu son doctorat en histoire de la danse en 2008 avec mention d’honneur. Elle y a dirigé le programme de premier cycle de danse de 1998 à 2002 et en a été la directrice de 2006 à 2010. Spécialiste despratiques sociales des danses et de leur impact dans les différentes sociétés, elle a participé à plusieurs émissions de télévision à titre d’experte et a produit un document multimédia sur le parcours de Vincent Warren, personnalité importante de la danse au Québec. Avec ses collègues du groupe de recherche interuniversitaire Aristarque, elle se penche sur l’étude du discours critique et des grandes polémiques dans les journaux montréalais anglophones et francophones de la première partie du XXe siècle. Elle est aussi commissaire de l’exposition Pas de deux… du conte au ballet qui se tient à la Grande Bibliothèque jusqu’en octobre 2014.

9h30- 11h20 :  Atelier de création chorégraphique

La chorégraphe Hélène Blackburn et les interprètes de Cas Public vous invitent à découvrir comment s'écrit la danse pour jeunes publics en participant à cet atelier de création à titre de danseur ou de simple observateur. Une chance unique de voir des professionnels à l'œuvre et de pouvoir fouiller dans leur boite à outils.

En savoir plus

Création jeunes publics, création tous publics, création grand public... Les participants expérimenteront différentes situations de création pour jeunes publics en se questionnant sur l'approche spécifique à adopter. Quelles sont les différences avec la création pour adultes ? Doit-on penser notre art uniquement en fonction de l'enfant-spectateur et en exclure l'adulte-spectateur ? Doit-on chercher à plaire à l'enfant ou penser l'art en fonction de l'enfant ? Quel est le but de la création pour ces publics et quelles en sont les exigences ? Peut-on aborder tous les sujets ? L'atelier sera suivi d'une rencontre animée par la journaliste Fabienne Cabado.

Hélène Blackburn

Helene-Blackburn

Depuis 1983, Hélène Blackburn fait entendre son audacieuse voix chorégraphique dans le monde de la danse contemporaine, au Canada comme à l'étranger. Sa danse libère un condensé de réflexions dont l'objet, a priori un regard sur le comportement humain, a été appréhendé au cours d'études en ethnographie et en théâtre pour finalement se révéler dans une passion pour le corps dansant. En 1989, elle a fondé sa compagnie en la baptisant Cas Public pour témoigner de ses intérêts sociaux et de son attachement à la collaboration dans le processus de création, vu comme un acte collectif. Hélène Blackburn est aussi régulièrement invitée à créer au sein de différentes compagnies au Canada et en Europe. Elle a obtenu le Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des Arts du Canada en 1990 et, en 1999, le Prix chorégraphique Bonnie Bird pour l'Amérique du Nord, décerné par le prestigieux Centre Laban de Londres.

 

 

11h30-12h00 : Retour sur l’atelier de création

Fabienne Cabado animera une discussion sur le travail créé en studio avec Hélène Blackburn - questions et réactions du public.

En savoir plus

Hélène Blackburn

Helene-Blackburn

Depuis 1983, Hélène Blackburn fait entendre son audacieuse voix chorégraphique dans le monde de la danse contemporaine, au Canada comme à l'étranger. Sa danse libère un condensé de réflexions dont l'objet, a priori un regard sur le comportement humain, a été appréhendé au cours d'études en ethnographie et en théâtre pour finalement se révéler dans une passion pour le corps dansant. En 1989, elle a fondé sa compagnie en la baptisant Cas Public pour témoigner de ses intérêts sociaux et de son attachement à la collaboration dans le processus de création, vu comme un acte collectif. Hélène Blackburn est aussi régulièrement invitée à créer au sein de différentes compagnies au Canada et en Europe. Elle a obtenu le Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des Arts du Canada en 1990 et, en 1999, le Prix chorégraphique Bonnie Bird pour l'Amérique du Nord, décerné par le prestigieux Centre Laban de Londres.

 

 

Fabienne Cabado

Fabienne-Cabado

Passionnée de mouvement depuis l'enfance, Fabienne Cabado développe son goût pour la danse contemporaine dès les années 1980. En 1991, elle débute une carrière de journaliste entre la France et la Suisse, travaillant en télévision, radio et presse écrite. Débarquée au Québec en 2000, elle s'intègre en œuvrant comme rédactrice-conceptrice en publicité et en communications avant de revenir au journalisme et de se spécialiser en danse en 2004. Depuis, elle a collaboré avec divers médias dont DF Danse, Accent Danse, CIBL-Radio Montréal et Voir. Parallèlement, elle agit à titre de médiatrice culturelle, animant tables rondes et rencontres entre artistes et public pour une demi-douzaine de diffuseurs, accompagnant des parcours étudiants au Festival TransAmériques et donnant parfois des conférences. Elle met également sa plume au service d'artistes et d'organismes en danse et offre des formations et ateliers d'écriture aux créateurs de toutes disciplines au Québec, au Nouveau-Brunswick et en France.

12h00-12h40 : Dîner

12h40 :  TRIBUNE 840 : Présentation d’ENTRETIENS : Créer pour les jeunes : «l’étincelle»

Radiographie d'une passion. Les chercheuses Caroline Raymond et Nicole Harbonnier Topin ont sondé quatre chorégraphes pour comprendre l'origine de leur intérêt pour le monde de l'enfance et débusquer en eux les déclencheurs de l'étincelle créatrice. Une vingtaine de minutes de propos sur trois heures d'entrevues ont été compilées par le réalisateur Hugo Ferland-Dionne en collaboration avec Hélène Duval et Ginette Ferland.

En savoir plus

ENTRETIENS : Créer pour les jeunes, « L'étincelle » (vidéo)

Les chorégraphes montréalais Hélène Langevin (Bouge de là), Pierre-Paul Savoie (PPS Danse) et Hélène Blackburn (Cas Public), ainsi que la Sherbrookoise Francine Châteauvert (Sursaut) ont été filmés dans leur intimité et interviewés selon la méthode de l'entretien d'explicitation (Vermersch, 2006). Combinant les ressorts de la psychologie et de la phénoménologie, cette technique permet aux individus de prendre conscience de la dimension implicite de leurs pratiques en décrivant l'essence de leur vécu pour remonter à la genèse de leurs actions. Elle a été employée par les deux intervieweuses de l'UQAM dans le cadre de recherches sur les processus d'apprentissage et de transmission dans l'enseignement de la danse au primaire.

Hélène Langevin

Helene-Langevin

Après ses études en danse contemporaine à l’Université du Québec à Montréal (1983-1986), Hélène Langevin a cofondé Brouhaha Danse (1988-1999) avec les chorégraphes Ginette Ferland, Rolline Laporte et Guylaine Savoie. C’est au sein de ce collectif qu’elle a conçu sa première création jeunesse, Roche, Papier, Ciseaux en 1996. Quatre ans plus tard, elle a fondé la compagnie Bouge de là, exclusivement dédiée à la création de spectacles jeune public. Son permanent désir d’explorer différentes formes d’art l’a conduite à mêler la danse et la vidéo, l’acrobatie, les ombres chinoises, etc. Elle cumule six œuvres à son répertoire La Tribu Hurluberlu (2000), Comme les 5 doigts de la main (2003), CHUT!! (2006), Vieux Thomas et la petite fée (2008), L’atelier (2010) et Ô lit! (2013). Parallèlement à sa carrière de chorégraphe, elle enseigne depuis 30 ans la danse créative aux enfants, donnant ainsi libre cours à sa passion de transmettre le plaisir de bouger.

 

Pierre-Paul Savoie

Pierre-Paul-Savoie

Chorégraphe-interprète et metteur en scène, Pierre-Paul Savoie a fondé la compagnie PPS Danse en 1989. Réputé pour la force et la pertinence de ses œuvres multidisciplinaires, il a œuvré pour la scène, le cinéma et la télévision, collaborant souvent avec de grandes institutions théâtrales, musicales et circassiennes. Deux fois primé pour sa contribution au développement et à la diffusion de la danse au Québec, il multiplie depuis 2007 les collaborations artistiques et contribue à l’éveil des nouvelles générations avec des créations jeune public. Coproduite avec le Théâtre Bouches Décousues, Les Flaques (2006) a ainsi été suivie de Contes pour enfants pas sages (2010), adaptation du recueil de contes de Jacques Prévert cocréée avec la chorégraphe Marie-Josée Chartier. Cette année, il a collaboré avec l’auteure Lise Vaillancourt à une adaptation pour le jeune public des Chaises d’Eugène Ionesco. Il a mené et mène encore de nombreux projets de médiation culturelle en marge de ces trois œuvres et dans d’autres contextes.

Hélène Blackburn

Helene-Blackburn

Depuis 1983, Hélène Blackburn fait entendre son audacieuse voix chorégraphique dans le monde de la danse contemporaine, au Canada comme à l'étranger. Sa danse libère un condensé de réflexions dont l'objet, a priori un regard sur le comportement humain, a été appréhendé au cours d'études en ethnographie et en théâtre pour finalement se révéler dans une passion pour le corps dansant. En 1989, elle a fondé sa compagnie en la baptisant Cas Public pour témoigner de ses intérêts sociaux et de son attachement à la collaboration dans le processus de création, vu comme un acte collectif. Hélène Blackburn est aussi régulièrement invitée à créer au sein de différentes compagnies au Canada et en Europe. Elle a obtenu le Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des Arts du Canada en 1990 et, en 1999, le Prix chorégraphique Bonnie Bird pour l'Amérique du Nord, décerné par le prestigieux Centre Laban de Londres.

 

 

Francine Châteauvert

Francine_Chateauvert.2

Francine Châteauvert a fait ses premiers pas dans l’art du mouvement en gymnastique artistique avant de plonger dans l’univers de la danse. Depuis 1987, elle est directrice artistique et chorégraphe pour Sursaut, l’une des compagnies pionnières de la création jeune public en danse, basée à Sherbrooke. Auteure de plus de 30 chorégraphies, elle a reçu, en 1992, le Prix d’excellence culturelle de la Ville de Sherbrooke pour l’audace de sa démarche artistique et, en 2006, le Prix à la création artistique en Estrie du Conseil des arts et des lettres du Québec. Résolument contemporaines, empreintes de candeur et d’authenticité, ses créations sont imprégnées d’un réalisme poétique et servies par une gestuelle hautement physique alliant à la fois abstraction, symbolisme et théâtralité du mouvement. Ses œuvres les plus récentes sont La cigale et la fourmi (2013), Happening Danse In Situ (2012), Boo! (2009), Le jardin caché (2008) et À la nuit tombante (2005).

 

Existe-t-il une écriture chorégraphique pour jeunes publics?
TABLE-RONDE animée par Fabienne Cabado

Réunis pour une table-ronde animée par la journaliste et médiatrice culturelle Fabienne Cabado, la chorégraphe Estelle Clareton, le danseur Jean-François Légaré et l'analyste du mouvement Geneviève Dussault offrent leurs trois points de vue sur cette question sensible. Le public est invité à en débattre.

En savoir plus

TRIBUNE 840 : Existe-t-il une écriture chorégraphique pour jeunes publics ?

TABLE RONDE : Existe-t-il une écriture chorégraphique pour jeunes publics ?

Réunis pour une table-ronde animée par la journaliste et médiatrice culturelle Fabienne Cabado, la chorégraphe Estelle Clareton, le danseur Jean-François Légaré et l'analyste du mouvement Geneviève Dussault offrent leurs trois points de vue sur cette question sensible. Le public est invité à en débattre.

Doit-on changer de grille d'analyse face à une œuvre pour jeune public et si oui, quelles sont les spécificités d'une écriture qui s'adresse aux enfants et aux adolescents ? La chercheuse Geneviève Dussault en dégagera certains attributs en procédant à l'analyse choréologique d'œuvres existantes. Estelle Clareton partagera les réflexions que suscite sa toute première création pour jeune public. De son côté, Jean-François Légaré s'appuiera sur sa triple expérience de danseur, répétiteur et assistant de la chorégraphe Hélène Langevin pour apporter une autre vision et aborder la question de l'interprétation et de la présence scénique.

Fabienne Cabado

Fabienne-Cabado

Passionnée de mouvement depuis l'enfance, Fabienne Cabado développe son goût pour la danse contemporaine dès les années 1980. En 1991, elle débute une carrière de journaliste entre la France et la Suisse, travaillant en télévision, radio et presse écrite. Débarquée au Québec en 2000, elle s'intègre en œuvrant comme rédactrice-conceptrice en publicité et en communications avant de revenir au journalisme et de se spécialiser en danse en 2004. Depuis, elle a collaboré avec divers médias dont DF Danse, Accent Danse, CIBL-Radio Montréal et Voir. Parallèlement, elle agit à titre de médiatrice culturelle, animant tables rondes et rencontres entre artistes et public pour une demi-douzaine de diffuseurs, accompagnant des parcours étudiants au Festival TransAmériques et donnant parfois des conférences. Elle met également sa plume au service d'artistes et d'organismes en danse et offre des formations et ateliers d'écriture aux créateurs de toutes disciplines au Québec, au Nouveau-Brunswick et en France.

Estelle Clareton

Estelle-Clareton

Femme que le langage et les gestes du corps passionnent, Estelle Clareton a longtemps interprété des pièces imaginées par d’autres chorégraphes avant de donner forme à des créations qui reflètent son rapport au monde. Chorégraphe en quête d’une virtuosité chargée de sens, elle tente de repousser le cloisonnement des disciplines, chacune de ses pièces portant la marque d’autres pratiques artistiques. Sa compagnie, Créations Estelle Clareton, créée en 1999, porte sa signature et compte une douzaine d’œuvres dont S’envoler (2005) qui a connu un grand succès critique et public. Avec Les saisons du corps (titre provisoire), qui sera présentée en première mondiale à l’automne 2015 à l’Agora de la danse, elle signe sa première création pour jeune public.

 

Jean-François Légaré

Jean-Francois-Legare

Bachelier de l’UQAM en interprétation et création en danse, Jean-François Légaré est parti en tournée internationale en 2004 avec le légendaire Joe de Jean-Pierre Perreault. Depuis 2005, il a été de toutes les œuvres des Soeurs Schmutt. De 2006 à 2013, il s’est consacré aux créations pour jeune public d’Hélène Langevin de la compagnie Bouge de là. Depuis 2011, il travaille régulièrement au sein de la compagnie d’Harold Rhéaume, Le fils d'Adrien danse. Au fil du temps, il a collaboré aussi avec la Torontoise Kate Hilliard, a disputé des matchs des Imprudanses, participé à deux éditions du Grand continental de Sylvain Émard et aux expérimentations in situ d’Emmanuel Jouthe Écoute pour voir. Plus récemment, il a fait partie de la distribution de Being Somebody Else d’Isabel Mohn et a commencé à agir comme répétiteur pour Harold Rhéaume et Hélène Langevin. Cette année, il a aussi été le conseiller chorégraphique de Jacques Poulin-Denis pour La valeur des choses.

 

Geneviève Dussault, MFA, CMA

Genevieve-Dussault

Geneviève Dussault a étudié la musique ainsi que différentes techniques de danse. Détentrice d’une maîtrise en danse de l’Université York de Toronto, elle est aussi spécialiste en analyse du mouvement, diplômée du Laban/Bartenieff Institute of Movement Studies.Depuis 1984, elle est chargée de cours au Département de danse de l’UQAM. Son enseignement pratique intègre les principes dynamiques de Laban et de Bartenieff à l’étude du rythme pour créer un corpus didactique original et facilement adaptable à différentes clientèles. Elle enseigne aussi l’histoire de la danse et l’analyse du mouvement. En collaboration avec la professeure Nicole Harbonnier, elle participe actuellement à un projet de recherche sur la complémentarité entre l'analyse du mouvement Laban et l'analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé selon la perspective proposée par Hubert Godard. Également chorégraphe et interprète, elle a œuvré pour la scène et le cinéma au Canada et en Europe.

 

14h10-14h30 : Pause

14h45-16h15 : À l’écoute de spécialistes d’autres disciplines…2 conférenciers

Le psychologue de l'UQAM Pierre Plante, président de l'Association des art-thérapeutes du Québec (AATQ), partage ses connaissances sur l'imaginaire et le développement de l'enfant tandis que l'auteure Suzanne Lebeau, figure de proue de la dramaturgie pour jeunes publics et fondatrice de la compagnie Le Carrousel partagera sa vision d'auteure aguerrie sur le monde de l'enfance.

En savoir plus

À l'écoute de spécialistes d'autres disciplines

 

Le psychologue de l'UQAM Pierre Plante, président de l'Association des art-thérapeutes du Québec (AATQ), partage ses connaissances sur l'imaginaire et le développement de l'enfant tandis que l'auteure Suzanne Lebeau, figure de proue de la dramaturgie pour jeunes publics et fondatrice de la compagnie Le Carrousel partagera sa vision d'auteure aguerrie sur le monde de l'enfance.

Pierre Plante multiplie les arguments théoriques et sensibles sur le rôle fondamental que l'art joue dans le développement de l'enfant. Favorisant l'expression de ses besoins et le développement de sa pensée, stimulant son désir de découvrir le monde, de communiquer et sa capacité d'adaptation à son environnement, l'art est un très précieux support à la conscience de soi, à la formation de l'identité, du regard sur le monde et à l'affirmation de sa singularité. Quant à Suzanne Lebeau, elle traite notamment de la rencontre artistique avec un public captif, de la liberté et de la responsabilité du créateur pour jeune public, habité par le paradoxe du passeur qui doit parfois se censurer. Une conférence éclairante pour élargir la réflexion sur la richesse de l'apport de la danse pour jeunes publics et sur ses exigences.

Suzanne Lebeau

Suzanne_Lebeau

Se destinant d’abord à une carrière de comédienne, Suzanne Lebeau a fondé la compagnie de théâtre Le Carrousel en 1975 avec Gervais Gaudreault. Progressivement, elle délaisse l’interprétation pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Elle a aujourd’hui 27 pièces originales à son actif et elle est internationalement reconnue comme l’un des chefs de file de la dramaturgie pour jeunes publics. Avec plus de 140 productions répertoriées sur tous les continents, elle compte parmi les auteurs québécois les plus joués à travers le monde. Ses œuvres sont publiées et traduites en 20 langues, notamment Une lune entre deux maisons, la première pièce canadienne écrite spécifiquement pour la petite enfance. Pédagogue d'expérience, Suzanne Lebeau a enseigné l’écriture pour jeunes publics à l’École nationale de théâtre du Canada pendant 13 ans et elle agit comme conseillère auprès des jeunes auteurs d’ici et d’ailleurs. Elle donne régulièrement des conférences et des ateliers dans de nombreux pays.

 

Pierre Plante

Pierre-Plante

 

Pierre Plante, psychologue et art-thérapeute, est professeur régulier à la section humaniste du Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Ses intérêts sur le plan clinique et sur le plan de l'enseignement concernent l'intervention par l'art (psychothérapie, accompagnement, etc.), la créativité et la phénoménologie. Avec l'aide d'étudiants au doctorat, il dirige plusieurs projets de recherche dans ce domaine et ce, en collaboration avec une diversité d'organismes de Montréal, notamment Petits bonheurs (médiation culturelle), le Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire et la Fondation québécoise du cancer. Depuis 2008, il agit aussi comme président de l'Association des art-thérapeutes du Québec (AATQ) et depuis 2012, à titre de directeur des cycles supérieurs en psychologie de l'UQAM.

 

16h15 : Mot de clôture