Bannière Faculté des arts Département de danse

Époque, Martine

epoque_martine

Professeure émérite

Téléphone : (514) 987-3000, poste 7923
Télécopieur : (514) 987-4797
Local : K-4525
Courriel : epoque.martine@uqam.ca

Voir la capsule vidéo

Détentrice d’un Certificat d’aptitude au professorat d’éducation physique et sportive (CAPEPS, majeure en danse, École normale supérieure d’éducation physique et sportive, Paris, 1965), d’un Certificat de rythmique (Institut Jaques-Dalcroze, Genève, 1967), d’une formation en composition musicale (maîtrise, Université du Michigan, 1975-76), Martine Époque a étudié le piano (1954-67) et fait des études en danse au Conservatoire d’art dramatique, musique et danse de Toulon (1954-1957) puis à la Schola Cantorum de Paris (1962-65).

À l'invitation du Département d’éducation physique de l’Université de Montréal, elle vient au Québec en juin 67 pour créer une mineure en danse et rythmique dans son programme de baccalauréat. Elle y enseigne de 1967 à 1974, puis s'en retire pour se consacrer entièrement à la chorégraphie et à la direction artistique de sa compagnie de danse, le célèbre Groupe Nouvelle Aire, d’où sont issus nombre d'interprètes et chorégraphes québécois qui rayonnent depuis les années 80 sur la scène chorégraphique nationale et internationale. En 1980, elle entre comme professeure au Regroupement théâtre et danse de l’UQAM. Elle y poursuit son œuvre chorégraphique et y consolide la place de la danse, notamment par la fondation du Département de danse qu'elle dirigera pendant plus de dix ans et l’initiation de son programme de maîtrise (1985). Elle est l'instigatrice de la transformation (1987-91) du Pavillon Latourelle en un lieu consacré à la danse qui abrite les locaux et installations d'enseignement, de recherche et de création et de diffusion du Département de danse et de l'Agora de la danse. On lui doit enfin la création de la Passerelle 840, laboratoire-galerie de recherche-création libre pour les étudiants en danse (1998).

Figure phare de la danse au Québec, chorégraphe prolifique dont les œuvres sont diffusées à l’international depuis les années 70, elle est lauréate du prix de chorégraphie Clifford.-E.-Lee 1983 et du Prix du Québec Denise-Pelletier (arts d’interprétation) 1994. Elle a à son actif de nombreuses publications, dont Les coulisses de la nouvelle danse au Québec : le Groupe Nouvelle Aire en mémoires, 1968-1982. Conférencière et chorégraphe invitée à travers le monde, elle est une des trois canadiens invités à enseigner aux danseurs de l’Académie de danse de Guangzhou lors la fondation de la première compagnie de danse contemporaine chinoise (1989). De nombreux articles et chapitres de livres, de quotidiens, de revues ainsi que nombre d’émissions radiophoniques et télévisuelles sont consacrés à sa carrière.

À partir de 1990, s’intéressant à l’hybridation danse/technologies numériques, elle crée une série d'œuvres chorégraphiques dans lesquelles images 2D et 3D s’intègrent à l’action scénique. Puis, ayant obtenu l'érection d'une salle de montage vidéo non-linéaire au Département de danse, elle ouvre des champs d’études en vidéodanse (1992) et en technochorégraphie (1993) dans les programmes de baccalauréat et de maîtrise. En décembre 1999, avec Denis Poulin, elle fonde au Département de danse le LARTech afin de se donner la capacité d'approfondir leurs recherches et créations dans ce domaine. Ce laboratoire a bénéficié depuis sa fondation de subventions du ministère québécois de la Recherche, de la Science et de la Technologie (2001), d'Hexagram (2002; 2003; 2006; 2008) et de la FCI (système de MoCap optique, 2003), du Fonds québécois sur la société et la culture (FQRSC, 2003-2006; 2007-10), du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH, 2005-08), du CIAM (2001-...), de l’Office franco-québécois pour la Jeunesse (2002), de diverses sources de l’UQAM et du Consortium en innovation numérique du Québec (CINQ, 2010-2012) pour la réalisation de ses travaux. Pour ses projets de recherche-création en cours (NoBody danse, un Sacre du printemps 3D stéréoscopique en infochorégraphie de particules pour l’écran et un Programme de R&D pour la production d'outils et de procédés technologiques soutenant la réalisation de films de danse numérique stéréoscopique en infochorégraphie de particules à partir de MoCap tel NoBody danse et la conception/production innovation en performance), le tandem Époque_Poulin bénéficie d'un partenariat avec l'Office national du film du Canada, de la compagnie Fake Studio et du Centre de recherche et d'innovation en performance du Cirque du soleil.

Martine Époque est membre de la plateforme Hexagram-UQAM, du Centre interuniversitaire en arts médiatiques de l’UQAM (CIAM) et du réseau Transnet (Simon Fraser University).

Le LARTech (www.lartech.uqam.ca)
Fondé en décembre 1999 par Martine Époque et Denis Poulin, le LARTech est un laboratoire de recherche-création en technochorégraphie.

Dernières créations multimédia pour la scène

Tabula rasa

Fresque chorégraphique de 38 minutes pour 22 danseurs jamais debout et une danseuse virtuelle sur les musiques envoûtantes d'Arvo Pärt, Fratres et Tabula rasa, créée dans le cadre du cours Spectacle chorégraphique dirigé du baccalauréat en danse de l'UQAM (avril 2001) et repris par le LARTech en décembre 01 (cinéma ExCentris, Agora de la danse) et mai 02 (Festival international Scène ouverte, Nantes, France. Prix de la création 2002, secteur culturel, de l'OFQJ).

« Avec Mona, interprète virtuelle, la danse contemporaine entre dans l'ère numérique. Créée grâce à un logiciel de traitement de geste, elle ouvre toute une gamme de possibilités nouvelles aux chorégraphes. Martine Époque, figure phare de la danse actuelle québécoise, l'a intégré à sa dernière œuvre, Tabula rasa . [.] Celle qui créait, en 1970, la première chorégraphie s'exécutant entièrement au sol n'a rien perdu de son désir d'innover. Autant à l'époque (sans jeu de mots) Amiboïsme causait une véritable commotion à travers le monde, autant Tabula rasa marque aujourd'hui le début d'une nouvelle façon de concevoir, de mettre en forme et de garder en mémoire l'art de Terpsichore. » Lili Marin La danse à l'ère numérique Canoë Tempo, lundi 17 décembre 2001.

tabula_rasa1

Tabula rasa : la suite

Créée les 7 et 8 mai 2003 à la Salle Andrée Mathieu de Laval par les finissants du programme en danse du Collège Montmorency, cette œuvre de 21 minutes intègre une danse virtuelle 3D interprétée par Mona et Philip, du traitement de geste LIFEanimation, et des danses abstraites de lumière créées par Denis Poulin. Alors que les danses virtuelles de Tabula rasa sont projetées sur un écran opaque fermant l'arrière-scène, celles de La suite passent de l'écran opaque en fond de plateau à un tulle noir obturant entièrement le cadre d'avant-scène du théâtre.

tabula_rasa2 tabula_rasa3

tabula_rasa4

Publications

Livres

Les coulisses de la nouvelle danse au Québec : le Groupe Nouvelle Aire en mémoires (1968-1982)
1999, Ste-Foy. Presses de l'Université du Québec

Ce livre relate les mémoires du Groupe Nouvelle Aire, compagnie montréalaise de danse contemporaine des années 1970 qui a généré une modification radicale du paysage culturel dans lequel la nouvelle danse québécoise s'est épanouie. Retraçant chronologiquement les créations du Groupe en s'attachant délibérément à ceux qui les ont produites, l'auteure dévoile l'entrée en scène de nombreux interprètes et créateurs rayonnant aujourd'hui sur la scène chorégraphique internationale, entre autres les Louise Bédard, Paul-André Fortier, Ginette Laurin, Louise Lecavalier, Manon Levac, Daniel Léveillé, Édouard Lock, Daniel Soulières. Situant l'action dans ses contextes national et international, elle rapporte quatorze années de la vie culturelle québécoise. Étayé par une documentation abondante, ce livre de référence, qui se lit comme un roman grâce à ses nombreuses anecdotes, satisfera tous les lecteurs épris de danse, d'histoire des arts ou de sociologie de la culture.
1999, 352 pages, ISBN 2-7605-1056-5, G-1056

Arts et technologies : nouvelles avenues de création
(1995) Les chemins de la recherche, no 27, direction : Alain Bideau. Édition Programme Rhône-Alpes, Recherches en Sciences humaines, 208 pages.

Ce livre présente les textes de certains des théoriciens et créateurs des arts visuels, musque, et danse ayant présenté des communications lors du Colloque No 12 des Ve Entretiens Jacques-Cartier, organisé par Martine Époque et Françoise Holtz-Bonneau et tenu au Département de danse de l'UQAM en octobre 1992.
Disponible auprès de Martine Époque

Chapitres de livres

ÉPOQUE, M. POULIN, D., 2008. NoBody Dance:an on-screen choreography introducing a «dance without body» paradigm. Dans TeDance : perspectives on technologically expanded dance, sous la direction de Daniel Tercio, Faculdade de Motricidade Humana, Université de Lisbonne, pp.75-87

ÉPOQUE, M. POULIN, D.2006. Les trois temps de Tabula rasa, Dans Le mouvement dansé : dialogues entre danse et science. La Rochelle, Éditions Ethnomédia, pp.135-149.
Article électronique avec comité de lecture

ÉPOQUE, M. POULIN, D, MARCY, N. 2007. Le projet NoBody danse: une recherche-création particulière. OLATS (http://www.olats.org/livresetudes/etudes/noBodyDanse.php)
Communications publiées

ÉPOQUE, M. POULIN, D., 2008. NoBody danse, un sacre du printemps 3D en infochorégraphie de particules pour l’écran. Actes du colloque FOTEO : faire œuvre : transparence et opacité, Université Laval (sous presse)

ÉPOQUE, M. POULIN, D., 2008. NoBody danse, un sacre du printemps 3D en infochorégraphie de particules pour l’écran. Actes du colloque Toronto-Montréal-Lille : ensemble ailleurs, Ryerson University, Toronto (sous presse)

ÉPOQUE, M. POULIN, D. 2003. Actes de la neuvième conférence internationale VSMM / Hexagram, Hybrid reality : Art, Technology and the Human Factor, Édition VSMM and the 3Dmt Center, p. 395-397., Outils numériques et mouvement humain, une nouvelle façon de voir et d’écrire la danse.

ÉPOQUE, M. 2002. De l'écriture chorégraphique à l'écriture technochorégraphique : vers une danse électronique, Site web. MSHS de l’Université de La Rochelle (France)

[Vers le haut]