Bannière Faculté des arts Département de danse

Nos diplômés à Danses Buissonnières 2018

Les diplômés du Département de danse prédominent dans le cadre des soirées Danse Buissonnières 2018 de Tangente.

Une belle occasion de découvrir la nouvelle génération de chorégraphes dans une soirée détonante pour bien démarrer la saison. Un jury composé de Claudia Chan Tak, Camille Lacelle-Wilsey, Sébastien Provencher, Jessica Serli et Nathan Yaffe a choisi six jeunes artistes locaux parmi une vingtaine de candidats. Ce programme annuel offre à ces artistes l’opportunité de présenter une œuvre – souvent leur première – dans un cadre professionnel. Plus qu’un tremplin, c’est aussi pour eux une expérience globale de production et de diffusion au cours de laquelle nous les accompagnons dans toutes les étapes de travail.

 

DansesBui2018Alice Blanchet Gavouyère (B.A. Danse 2018)
Flammèches
Flammèches est une étude sur la friction et la proximité. Une joute amicale où les corps se nouent, se complètent et s’affrontent pour créer une unité résistante et infatigable. Flammèches se penche sur la solidarité dans la différence, sur la bataille idéologique et sur la volonté profonde de comprendre l’étranger. Les corps vecteurs de courage, de ténacité et d’entêtement se montrent aussi souples, adaptables et empathiques. Flammèches est une querelle oscillant entre acharnement et bienveillance, entre égoïsme et altruisme. Un peu de chacune de nos obstinations dans ces interrelations, faisant de nous des êtres contradictoires et incohérents, mais ô combien fidèles et curieux.

Interprétes: Maude Archambault-Wakil (B.A. Danse 2018), Penélope Desjardins (B.A. Danse 2018)

 

DansesBui2018.2Jean Bui (B.A. Danse 2015)
1, 2, maybe 3
Mesurer la banalité. Deux corps tentant une coexistence proximale. La convergence des formes à l’intérieur des vêtements rend leur appartenance confuse. Des complexités non-envisagées surgissent lorsque les plans deviennent tangibles. La superposition de décisions fait apparaître des contraintes. Ce qui devait être simple est en somme très compliqué.

MOT DE L'ARTISTE
Notre démarche consiste à générer des projets qui mettent en évidence les principes du design. Comment construire une danse explorant la fonctionnalité? L’ergonomie du design peut-elle être inversée? Inspirés par le mouvement minimaliste, ne montrant que l’essentiel, notre objectif est de réduire l’ornementation. Pour nous, la forme suit la fonction. Empruntant au Bauhaus, nous cherchons à équilibrer l’efficacité et l’esthétisme. Ce faisant, nous «bougeons pour rien» et nous «perfectionnons l’inutile». (F. Pouillaude, 2014)

 

DansesBui2018.3Marika D. Lafond (B.A. Danse 2013)
Hystérie
Je viens de cet endroit où les femmes coulent et même se noient parfois dans une énergie désemparée. Doucement, elles s’y baignent d’abord en savourant le sentiment d’accomplissement. Dans la noirceur, elles ferment les yeux pour y laisser couler des larmes chargées des émotions de toutes ces autres femmes qui se sont cognées à cette frénésie. La charge mentale, un plafond de verre, un ordre dominant/dominé naturel dans les Écrits. Une illusion, une interprétation, un ressac de mon passé religieux qui a sans doute teinté mon développement de femme.

Interprètes Marie-Denise Bettez, Mattew Heli Brunel, Ariane Demers (B.A. Danse 2018)

 

Du jeudi 6 au samedi 8 septembre 2018, à 19h30
Le dimanche 9 Septembre 2018, à 16h00
Édifice Wilder - Espace danse
1435, rue De Bleury Montréal