Bannière Faculté des arts Département de danse

30 aopût 2018 | Présentation orale des projets de mémoire d'Alice Bourgasser, d'Eryn Dace Trudell et de Léa Villalba

Présentation orale des projets de mémoire de maîtrise d'Alice Bourgasser, sous la direction de Marie Beaulieu, d'Eryn Dace Trudell, sous la direction de Hélène Duval et de Léa Villalba, sous la direction de Marie Beaulieu. 

Cet exercice oral s’inscrit dans le cadre du cours DAN8005 : Séminaire d’intégration, étape finale avant la réalisation de la recherche ou de la création. Chaque présentation de 20 minutes sera suivie d’une période d’échanges de 10 minutes.

Alice Bourgasser - 13 h 30

Titre : Les caractéristiques du Lindy-hop à travers son histoire (19-20 à aujourd'hui)

Résumé : Le mémoire de la candidate portera sur le Lindy-hop, une danse de couple "participative", pour réemployer le terme de Nahachewsky, née à Harlem dans les années 1920, qui retentit, aujourd'hui, à travers le monde et notamment à Montréal où Alice l'enseigne et la pratique actuellement. Le but de cette recherche sera d'étudier l'évolution des caractéristiques esthétiques, stylistiques et techniques du Lindy-hop entre 1920 et 1950, aux États-Unis. La démarche, de type ethnographique, permettra de rendre compte de la sous-culture qu'est le Lindy-hop, tout en conservant le corps au centre de l'étude. En effet, le statut de chercheuse de la danse, lui permettra d'étudier le Lindy hop sous un angle inédit, puisque fondée à la fois sur une analyse corporelle précise, mais également sur un travail historique. L'enjeu sera ainsi d'essayer de dégager les fondamentaux de ce style de danse, selon trois fonctions déterminées, et de retracer leur évolution au cours de la période traitée.

Eryn Dace Trudell – 14 h (sera présenté en anglais)

Titre : Understanding the mother's experience in participation with their babies, in a MamaDances Mother and Baby Dance Session

Resume: Mothers dancing with their babies is an emerging practice in Canada and around the world, but only a limited amount of literature exists about this subject. The results of the research that does exist (Doonan & Bräuninger, 2015; Vlismas, Malloch, & Burnham, 2013, Vlismas & Bowes 2009; Lomian & Sossin, 2016; Kestenberg Amighi, J., & Loman, S., 1999, Sadler & Cowlin, 2003, Proulx, 2009, Warburton, Reedy, & Ng, 2014, Hill & Ng, 2017, Tortora, 2005, 2010; Chaiklin & Wengrower, 2016: Fischman, 2016; Cohen et all.1999, Hanson & Taymans, 2018) demonstrate the positive effects of dance on the mother-infant relationship. Studies on movement, music and rhythm within the mother-infant relationship (Trevarthen & Fresquez, 2015, Trevarthen, 2017) shed light on dance as a form of vitality in child development. MamaDances Mother and Baby Dance program, a relational art form (Bourriaud, 2002), and its structural components, were developed intuitively by the student-researcher in 2006, based on her own experience as a mother and her esthetic values as a dance artist (Contact improvisation and Skinner release technique). The student-researcher intends to investigate the perceptions and challenges of the participants in this art form. The objectives of this research are to describe and understand the mother participant’s experience in the MamaDances Mother and Baby Dance program from their own perspective. This qualitative research study, conducted within an interpretive paradigm, will engage an exploratory strategy with phenomenological inspired data collection and analysis methods. The research aims to identify the sense given to the experience of mothers in Mamadances, to link it to existing theoretical aspects and thereby to strengthen the viability and feasibility of the MamaDances art form for future development, dissemination and democratization.

Léa Villalba - 14 h 30

Titre : Comment se transmettent les fondements de la culture hip-hop dans l'enseignement de la danse à Montréal

Résumé : Lors de son premier cours de hip-hop à Montréal, Léa a été intriguée : il n’était jamais question d’acquérir une « technique » à proprement parler, mais bien de s’exprimer à travers son mouvement et de comprendre toute une culture. Fascinée par la puissance, la fluidité, les arrêts nets et la virtuosité des danseurs hip-hop, la candidate a compris, en pratiquant le genre, que cette culture se définissait aussi par ses valeurs sociales. Or, rien ne permet de savoir de quelle façon elles sont révélées dans un contexte d’apprentissage. Léa s’est donc interrogée sur la façon dont les valeurs de la culture hip-hop sont transmises auprès d’une clientèle adolescente dans le milieu montréalais. Elle s’’inscrit dans une démarche ethnographique et étudiera le phénomène à travers les approches pédagogiques des enseignants de cette culture et plus particulièrement, se penchera sur leurs stratégies de communication langagière et discursive.

 

Jeudi 30 août 2018
13 h 30
local K-3105
Pavillon de danse de l’UQAM
840, rue Cherrier (métro Sherbrooke)