Bannière Faculté des arts Département de danse

Remise des bourses Pierre-Lapointe et Iro-Valaskakis-Tembeck 2018

Le mercredi 12 septembre dernier, le Département de danse accueillait la cohorte 2018 des étudiants de deuxième cycle. À cette occasion, madame Marie Beaulieu, Directrice de l’unité de programmes de cycles supérieurs, a dévoilé le nom des récipiendaires des cinq bourses offertes pour l’année académique 2018-2019. Elle a également présenté avec grande fierté les diplômées 2017-2018.

Bourse Iro Valaskakis-Tembeck 2018

Tembeck2018Caroline Cotton a complété son baccalauréat en danse à l’UQAM en 1997. De 1997 à 2005, elle co-signe, avec Julie Beaulieu et Ève Lalonde, plusieurs projets chorégraphiques au sein d'un collectif de chorégraphes-interprètes nommé « Les Demi-Lunes Violentes ». Dans cette même période, elle participe à de nombreux processus créatifs à titre d’interprète au sein de la compagnie Carpe Diem Danse/Emmanuel Jouthe. Parallèlement à ses activités artistiques, Caroline Cotton a toujours enseigné la danse au cégep de Saint-Laurent. En 2005, après près d’une dizaine d’années dans cette double posture professionnelle, elle choisit de se consacrer entièrement à l’enseignement de la danse. C'est à travers les aléas de sa pratique enseignante que lui est apparu le besoin de réfléchir à l'enseignement de la danse, et plus particulièrement à l'enseignement de l'acte de création chorégraphique au niveau collégial. Ainsi, depuis 2015, elle a entrepris des études de 2e cycle en danse afin d'approfondir ce sujet.

 

Bourses Pierre Lapointe 2018

Lapointe2018

Angélique Poulin est diplômée en 2006 du baccalauréat en danse contemporaine de l’UQÀM, profil interprétation, et récipiendaire de la bourse William-Douglas. Depuis, elle s’épanouit au sein de différents projets, dont notamment la ligue d’improvisation-mouvement « Les Imprudences ». Elle travaille actuellement comme interprète au sein de La Marche du Crabe, une compagnie dédiée à la création pour jeune public. Elle est également massothérapeute en clinique privée, formée en shiatsu, ostéodynamie et biomécanique des chaines musculaires G.D.S. Elle développe des cours de gymnastique douce qu'elle offre à une clientèle souffrant de douleurs chroniques, dans l’objectif d’encourager la prise en charge de soi et un mieux-être durable. Son amour pour l’éducation somatique s’est révélé dans la danse à son état jaillissant et intime. Il s’est ensuite manifesté dans ses soins thérapeutiques, par son approche holistique et sensible. L’éducation somatique fait le pont entre plusieurs de ses intérêts et passions, soit la danse, l’anatomie fonctionnelle, l’enseignement, la thérapie et surtout, la Rencontre.

Laurence Éthier a débuté ses études en danse au Cégep de Saint-Laurent et les a poursuivies à l’Université du Québec à Montréal dans le profil enseignement. C’est l’année de sa graduation qu'elle chorégraphie une pièce dans le cadre du festival Zone Homa et décide de remplir une demande d'admission à la maîtrise en danse afin d’aborder plus en profondeur les thèmes de sa pièce. Après une session, elle se rend compte qu’un sujet lui tient encore plus à cœur, car il la concerne directement : la danse au service de la santé. À sa deuxième session, elle fait une demande de changement pour le volet recherche et cette dernière est acceptée par la directrice des cycles supérieurs. Au même moment, elle enseigne la danse à l’école primaire Lanaudière et obtient une subvention pour le programme « Culture à l’école » de la CSDM. Elle entame à présent sa deuxième année d’étude tout en enseignant, pour une année de plus également, la danse à l'école Lanaudière.

Léa Villalba danse depuis sa plus tendre enfance, c’est après six années d’études dans divers domaines comme la Sociologie, la Science Politique, les Arts du Spectacle, que Léa décide d’étudier cet art, de l’autre côté de l’Atlantique. Après une année à parfaire sa technique dans un DEC en Danse, c’est à l’automne 2016 qu’elle intègre la maîtrise en danse de l’UQAM. Parallèlement à la formation et pour s’améliorer en tant qu’artiste, elle fait partie de divers projets : elle a eu la chance de faire sa première création en tant que chorégraphe, Duo(s), via Passerelle 840 à l’hiver 2017. Elle est aussi interprète dans la pièce « Juxebox » d’Alice Bourgasser depuis l’hiver 2018 avec laquelle elles ont fait plusieurs représentations (Passerelle 840, le Maquis, Nuit Blanche). Pour apporter davantage de visibilité à la danse, elle collabore depuis l'hiver 2017 à divers magazines web dans lesquels elle rédige des critiques de spectacles et des entrevues d’artistes. Ces nombreuses collaborations l’ont amené à commencer un DESS en journalisme en janvier 2018. Dans le cadre de sa maîtrise, elle fait une recherche sur la transmission des valeurs de la culture hip-hop en danse à Montréal.


Diplômées 2017-2018

Finissante.Maitrise.2018Jo Anne La Flèche
Supervision: Marie Beaulieu, directrice
« Le corps-soi de la ballerine : incidences des principes somatiques actifs sur l'image corporelle et sur l'estime de soi »

Maria Garza
Supervision: Danièle Desnoyers, directrice
« Du « corps symbolique » au « corps dansant » : quatre études chorégraphiques portant un regard sur le « corps symbolique » de la société mexicaine »

Geneviève Smith-Courtois
Supervision: Danièle Desnoyers, directrice - Julie Lavigne, co-directrice
« Paradoxe entre infinitude de la corporéité dansante et origine de la postpornographie performative : autopoïétique repensant la signature d'une chorégraphe-interprète »

Claudia Chan Tak
Supervision: Danièle Desnoyers, directrice - Pierre Barrette, co-directeur
« Lecture documentarisante d'une œuvre chorégraphique : quête identitaire et figures animales pour parler de soi »

Sandrine Vachon
Supervision: Johanna Bienaise, directrice
« Dialogue gravitaire en classe technique de danse contemporaine : posture d'enseignante et choix stratégiques pour aborder la mise en jeu de la relation à la gravité »

Était absente

Katia-Marie Germain
Supervision: Andrée Martin, directrice
« Les spatialités corporelles et scénographiques de l'habiter : trois études chorégraphiques prenant pour inspiration trois œuvres d'art visuel »

Andrea Palmer
Supervision: Hélène Duval, directrice
« Des collants aux chars d'assaut : deux histoires d'individus en quête d'identité professionnelle »

Amélie Rajotte
Supervision: Johanna Bienaise, directrice - Hélène Duval, co-directrice
« Émergence et partage d'un territoire commun lors d'un processus de création chorégraphique »