Author: bolduc_a

Nouvelle publication : Présence à soi en danse et en pratiques somatiques

Les professeures Andrée Martin et Nicole Harbonnier ainsi que la diplômée Ariane Boulet ont collaboré à l’ouvrage Présence à soi en danse et en pratiques somatiques

Le colloque de recherche Vers des Archives de la présence. Pause, souffle et suspension dans les trajectoires individuelles et collectives s’est tenu à l’Université du Québec à Montréal du 9 au 10 mai 2019. Il souhaitait donner une tribune théorique et sensible à l’expérience de présence qui s’opère dans les moments de pause. Celle-ci se comprend à la fois comme un arrêt, une occasion de retour à soi, comme une interruption dans l’enchaînement habituel des tâches, une expérience de repos, de lenteur, de silence ou même de suspension ouvrant à d’autres possibles.

Cet ouvrage réuni les conférences d’artistes, de praticiennes et praticiens, et d’universitaires oeuvrant dans le champ de la danse, de la psychologie, du yoga et des pratiques somatiques : Florence Vinit, Gilles Dupuis, Alfonso Santarpia, Andrée Martin, Armando Menicacci, Nicole Harbonnier, Ariane Boulet, Marie Lavorel, Tamar Tembeck et Sanja Andus L’Hotellier.

Santarpia, Alfonso, Martin, Andrée et Menicacci Armando, Les paroles de la présence. Un projet chorégraphique centré sur la musique Dhrupad (pp.45-77)

Boulet, ArianeDanser l’invisible au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) (pp.103-114)

Harbonnier, NicoleLa fonction tonique, une approche psychocorporelle de l’interaction (pp.78-99)
Résumé
Notre étude réalisée auprès de praticiens en Analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (AFCMD) a permis de faire ressortir ce qu’impliquait concrètement un des objectifs de cette approche, à savoir accompagner l’apprenant vers une recherche eutonique de son geste pour adapter son effort à la tâche. À partir d’entretiens d’explicitation individuels suivis d’une table ronde avec tous les participants, c’est surtout le lien étroit entre le tonus et l’affect qui est ressorti, notamment à travers les éléments suivants : le climat de sécurité à installer dans la séance, l’importance pour l’enseignant de travailler sur son propre état tonique, la diversité des moyens pour amener l’apprenant à moduler sa tonicité (le contact, la résonance motrice, l’expérimentation de divers états toniques, la verbalisation du vécu), ainsi que les précautions à prendre pour intervenir sur le phénomène tonique, compris comme une manifestation identitaire de la personne.

Dirigée par Florence Paul, la collection Pas à pas se propose de publier des ouvrages sur la danse et son histoire, de rendre accessible – notamment par l’édition de notations de partitions chorégraphiques ou d’exercices – les différents styles qui ont pu la traverser ; et de permettre, tant aux interprètes qu’à ceux qui regardent, de trouver leur émotion propre, celle que porte toute grande œuvre que l’on peut ainsi habiter.

Colloque • Présence à soi en danse et en pratiques somatiques
Actes du colloque UQAM (2019)
Coll. Pas à pas, nov. 2020, 162 p., 14 x 21 cm, isbn 9782845052727
Hachette Distribution

La forêt des lisses, nouvelle création de Danièle Desnoyers

La beauté d’une nature qui reprend ses droits 
À l’été 2020, la chorégraphe Danièle Desnoyers s’éprend d’une parcelle de forêt nichée le long du fleuve Saint-Laurent. Lieu d’une étrange beauté où la nature reprend ses droits sur les vestiges d’un ancien chantier maritime situé sur l’Île d’Orléans au Parc Maritime de Saint-Laurent, La forêt des lisses devient l’écrin d’une première création conçue à partir de scénographies-paysages. La professeure et directrice du Département de danse y conçoit un geste poétique, réalisé par Marjorie de Chantal, et interprété par Myriam Arseneault et Nicolas Patry sur une musique de Ben Shemie.

Les interprètes Nicolas Patry et Myriam Arseneault
Photo Luc Sénécal

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un dialogue entre des artistes de Marrakech et de Montréal. Dès le début de la pandémie, une co-création amorcée en 2019 est momentanément suspendue. La perspective d’un retour en studio ne pouvant plus être envisagée, Taoufiq Izeddiou invite la chorégraphe à investir des lieux ouverts sur la ville, sur la nature, avec les interprètes montréalais de la création interrompue. La forêt des lisses représente le premier objet numérique de ce relais chorégraphique entre les deux artistes.

Pour plus d’informations sur la réalisation de ce court film, consultez l’infolettre de la compagnie: https://www.lecarredeslombes.com/…/infolettre36…

La forêt des lisses
Conception et direction artistique : Danièle Desnoyers
Interprètes : Myriam Arseneault et Nicolas Patry
Réalisation, cadrage  et montage : Marjorie de Chantal
Musique : Ben Shemie

Mercredi 16 décembre | Causerie virtuelle pour le programme de premier cycle

Journée d’accueil du mardi 8 septembre 2020

Bonjour à tous les étudiant-e-s de toutes les cohortes,

Hélène Duval et Carolanne Létourneau poursuivent leurs rencontres virtuelles mensuelles pour répondre à vos questions sur le programme ou d’ordre général.

La prochaine aura lieu par ZOOM le :
Mercredi 16 décembre, de 13h à 13h50

Pour y participer, cliquez sur le lien Zoom suivant : https://uqam.zoom.us/j/97965338276
ID de réunion : 979 6533 8276

Au plaisir d’échanger avec vous!

#12-L’ENVERS DES CORPS : Caroline Laurin-Beaucage.

#12-L’ENVERS DES CORPS : Caroline Laurin-Beaucage : une artiste porteuse de projets, dans une quête d’évolution permanente.

L’ENVERS DU DÉCORS EST un podcast sur la danse et ses artistes animé par Morgane Le Tiec. Dans cet épisode, l’animatrice rencontre notre professeure invitée Caroline Laurin-Beaucage, figure marquante de la danse contemporaine à Montréal, tout récemment lauréate du Prix du CALQ pour la meilleure oeuvre chorégraphique de la saison 2019-2020 avec sa pièce Intérieurs.

Dans cette entrevue, Caroline se dévoile en partageant des moments intimes de sa vie qui ont été déterminants pour sa carrière. Elle y parle de ses multiples projets et de sa structure Lorganisme créée pour soutenir et aider au développement d’un groupe d’artistes. Plusieurs réflexions y sont abordées sur la création de ses oeuvres chorégraphiques, notamment de sa pièce Intérieurs, et de son intérêt manifeste de toujours rester dans l’ouverture et l’apprentissage.Interprète, chorégraphe, enseignante, étudiante et directrice artistique, c’est aussi une mère qui nous partage sa vision de la danse et de son art. Une femme plus qu’inspirante qui donne envie de mener ses projets à terme et qui montre que tout est possible.

« On ne peut pas danser la mémoire, on peut complètement habiter le présent. Et c’est à ce moment-là que la mémoire te rattrape. »
 » Je me rends compte, en étudiant, en étant dans des cours avec des gens d’autres disciplines, à quel point ma pensée est formatée. »

Nouvelle publication : Tribunes sur la danse

En 2009, Nicole Harbonnier lancait, avec Dena Davida, les Tribunes 840 au Département de danse de l’UQAM. Après 10 ans d’activités soutenues, et pas moins de 45 tables rondes sur des sujets divers relatifs à la danse, Tribunes sur la danse est publié sous la direction des professeures Johanna Bienaise, Nicole Harbonnier et de la chargée de cours Katya Montaignac. Ce livre donne une visibilité à la recherche en danse auprès du milieu professionnel et du public en général.

Tribunes sur la danse marque 10 ans de Tribunes 840 en présentant vingt-quatre textes issus d’une contribution remarquable des professeures, étudiant.e.s et chargées de cours du Département de danse de l’UQAM et acteurs du milieu de la danse. Une préface de la professeure Hélène Duval, et des textes de Johanna Bienaise, Geneviève Dussault, Andrée Martin, Catherine Lavoie-Marcus, Anne-Marie Guilmaine, Zab Maboungou, Sylvie Fortin, Josiane Fortin, Jade Marquis, Armando Menicacci, Marie Beaulieu, Antoine Turmine, Nicole Harbonnier et Katya Montaignac.

En abordant des perspectives esthétiques et sociopolitiques, des préoccupations de formation et de création, ainsi que des approches interdisciplinaires croisant la danse avec différents domaines de connaissances, cet ouvrage offre un panorama diversifié des recherches menées par des professeurs et professeures et des étudiants et étudiantes du Département de danse de l’UQAM ainsi que par des artistes du milieu québécois. L’intérêt de ce panorama réside dans la présentation de problématiques qui habitent l’art de la danse aujourd’hui, et qui intéresseront particulièrement les enseignants et enseignantes, les artistes et les étudiants et étudiantes en danse, ainsi que les aficionados.

 » Parmi plus de quarante-cinq questions soulevées en dix ans lors des Tribunes 840, Tribunes sur la danse en a conservé douze. À la suite d’images sélectionnées et de textes de cadrage initiaux, les lecteur·rice·s accèdent aux réponses inédites, comme des clés de compréhension éclairantes. Certaines réponses permettent de mesurer le chemin parcouru depuis 2010, et d’autres offertes plus récemment montrent combien certains enjeux en danse sont toujours d’actualité et qu’ils valent la peine d’être repensés aujourd’hui. »
Extrait de la préface par Hélène Duval

PARTIE 1
PERSPECTIVES ESTHÉTIQUES
Y a-t-il quelque chose à comprendre à la danse contemporaine?
Geneviève Dussault et Catherine Lavoie-Marcus
De la nécessité de comprendre le monde qui nous entoure
Andrée Martin
Pourquoi briser le quatrième mur?
Katya Montaignac
Un espace de tractations. Dix hypothèses et quelques anecdotes à propos du quatrième mur
Anne-Marie Guilmaine
En mutation vers une danse du monde?
Geneviève Dussault
Ma danse est, a toujours été, dans et de ce monde
Zab Maboungou

PARTIE 2
PERSPECTIVES SOCIOPOLITIQUES
Pourquoi une danse engagée?
Geneviève Dussault
Vers une danse« citoyenne»
Katya Montaignac
L’esthétique chorégraphique a-t-elle une éthique?            
Catherine Lavoie-Marcus
Voir nos aveuglements face à l’éthique
Sylvie Fortin
Danse et érotisme: « Voulez-vous coucher danser avec moi?»
Geneviève Dussault
Girl Power
Jade Marquis

PARTIE 3
PERSPECTIVES SUR LA CRÉATION
Quelle préparation pour une danse de création?
Geneviève Dussault
Polyvalence ou adaptabilité?
Johanna Bienaise
Comment la création artistique déverrouille-t-elle la sensorialité?
Josiane Fortin
Stratégies créatives pour une ouverture sensorielle par l’art
Josiane Fortin
Quelle(s) relation(s) au rythme dans les arts vivants?
Armando Menicacci
Vers une « temporalité du sentir» par l’incorporation du rythme
Antoine Turmine

PARTIE 4
PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE
Danse et neurosciences: parlons synapse!
Nicole Harbonnier
Mariage paradoxal et gageure prometteuse?
Nicole Harbonnier
Quelle histoire raconte+on?
Josiane Fortin
S’immerger dans le parcours historique: une exploration exaltante
Marie Beaulieu
Comment passer du «regarder» au «dire» la danse?
Nicole Harbonnier et Geneviève Dussault
Rendre compte d’une expérience qui va au-delà des mots: l’observation-analyse du mouvement
Geneviève Dussault

Katya Montaignac est une artiste chorégraphique. Créatrice, dramaturge, chercheuse et commissaire en danse, elle est détentrice d’un doctorat en études et pratiques des arts de l’UQAM et chargée de cours pour le Département de danse.
Nicole Harbonnier est professeure en étude du mouvement au Département de danse de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est certifiée en Analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (AFCMD) (1997) et détentrice d’un Doctorat en Formation des adultes (Conservatoire National des Arts et Métiers – CNAM, 2009).
Johanna Bienaise est professeure en pratiques artistiques au Département de danse de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle a été interprète en danse contemporaine à Montréal entre 2002 et 2012.

Tribunes sur la danse est publié aux Presses de l’Université Laval dans la collection FRÉA – Formation et recherche en éducation artistique

La collection Formation et recherche en éducation artistique (FREA), sous la direction de Hélène Bonin (arts visue ls), Francine Chaîné (art dramatique), Hélène Duval (danse) et Vincent Bouchard-Valentine (musique), rassemble des ouvrages francophones issus de recherches et de pratiques en éducation artistique ou en formation à l’enseignement des arts.

Caroline Laurin-Beaucage, Prix de la danse de Montréal 2020, meilleure œuvre chorégraphique

Le Département de danse félicite la chorégraphe Caroline Laurin-Beaucage, professeure invitée en pratiques artistiques, lauréate d’un Prix de la danse de Montréal. Intérieurs, un vibrant solo en hommage aux trajectoires de l’existence et à la mémoire, primé meilleure œuvre chorégraphique de la saison artistique 2019-2020.

Prix du CALQ – Meilleure œuvre chorégraphique de la saison artistique présenté par le Conseil des arts et des lettres du Québec

Intérieurs embrasse l’existence de l’artiste. Sa gestuelle, sa physicalité, sa présence, l’environnement sonore et la scénographie, tous portent l’empreinte sensible, vivante, vibrante de son parcours d’interprète, de chorégraphe, de mère, d’être humain. Les réminiscences de ses pérégrinations intimes, en perpétuelles transformation, résonnent et irradient sur scène tout comme dans son corps et son âme soliloques.

Interieurs
Interprete: Caroline Laurin-Beaucage
Photo Denis Martin

Cette pièce est le fruit du chemin créatif parcouru par Caroline Laurin-Beaucage avec Habiter sa mémoire, un projet où elle transporte son studio dans l’espace public. À chaque représentation, elle danse dans un cube sans cloisons, créant pas à pas l’essence de l’œuvre qu’elle transpose à la scène. Après avoir présenté au-delà de 195 heures de danse en plein air ici et à l’étranger, l’artiste déploie les réminiscences des moments vécus et recueillis dans sa boîte nomade, révélant le monde intérieur changeant qui s’est tissé en elle au fil de son expérience. Matières en perpétuelle transformation, les mémoires physiques et émotionnelles résonnent dans son corps puis dans l’œuvre entière. L’espace scénique — investi de projections croisant vidéo d’art, design et technologies —, l’environnement sonore et les mouvements portent tous les traces des lieux et des gens croisés au cours de son périple, l’empreinte des états qui l’ont traversée. Une touchante immersion dans la grandeur de paysages intimes.

Intérieurs est un voyage
Une fresque
Des tableaux qui happent
Qui provoquent l’imaginaire
Des états de corps et d’âme qui me rappellent
Entre mémoire et présence
Entre souffle et disparition
Je suis dedans
Dans les coulisses de l’âme
Dans le jardin secret, l’arrière-pensée, le repli
Entre l’enfant et l’adulte
Je retourne au bercail… à l’intérieur.

Interieurs Caroline Laurin-Beaucage
Photo Denis Martin

‘’Belle présence que celle de Caroline Laurin-Beaucage, avec son corps qui vibre, indissociable de la texture sensorielle et matérielle de l’espace. On se dit qu’il y a une force inouïe, emplie de poésie, à en faire peu, à simplement habiter, en verbe intransitif’’. 
Nayla Naoufal
Le Devoir 11 décembre 2019

La pièce a été présentée pour 4 représentations chez Danse Danse à la Cinquième Salle du 10 au 14 décembre 2019

CRÉDITS
Chorégraphie et interprétation : Caroline Laurin-Beaucage
Conseillère artistique et répétitrice : Ginelle Chagnon
Musique : Larsen Lupin
Lumières : Sonoyo Nishikawa
Costumes : Dave St-Pierre
Vidéo : Robin Pineda Gould
Conseillère à la scénographie : Mylène Chabrol + HUB STUDIO
Direction de production : Dominique Bouchard
Direction technique et régie : Samuel Thériault
Chef électrique : Julie Laroche
Traitement scénique : Camille Picher
Résidences : Garage Nardini, Bassano Del Grappa, Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce, Maison de la culture Pointe-aux-Trembles, Maison de la culture du plateau Mont-Royal, CCOV, Espace Marie Chouinard

Les PRIX DE LA DANSE DE MONTRÉAL ont été remis le lundi 9 novembre 2020, sous la présidence d’honneur d’Alexandra ‘Spicey’ Landé lors d’un évènement virtuel.

Les Prix de la danse de Montréal sont un organisme sans but lucratif dont le mandat est de promouvoir Montréal comme centre international de création et de diffusion en danse et de valoriser le dynamisme des personnalités, des organismes et des institutions du domaine de la danse en remettant notamment des distinctions honorifiques accompagnées de récompenses financières.

Linda Rabin, Prix de la danse de Montréal 2020, contribution exceptionelle

C’est avec grande fierté que le Département de danse adresse ses félicitations à la chargée de cours Linda Rabin lauréate du 10e Prix de la danse de Montréal dans la catégorie contribution exceptionnelle. La spécialiste en enseignement de l’éducation somatique a reçu cette prestigieuse reconnaissance afin de souligner son apport incommensurable à la danse montréalaise.

© Tony Chong

Diplomée de la prestigieuse Julliard School à New York, Linda Rabin est l’une des pionnières de la danse moderne au Québec. Cofondatrice en 1981 de LADMMI (aujourd’hui l’École de danse contemporaine de Montréal), elle est membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre de l’excellence en éducation du Québec. Son enseignement puise dans les approches somatiques, la danse, les exercices de voix et de théâtre. Elle accompagne des artistes de tous les milieux dans leur cheminement personnel et créatif. Les stages qu’elle offre en Continuum, une pratique qui figure maintenant au cœur de sa démarche, sont appréciés autant à Montréal qu’à l’international.

LINDA RABIN

Pionnière de la danse au Canada, Linda Rabin cumule plus de 50 ans d’expérience en danse, enseignement, coaching et direction artistique. En tant qu’enseignante d’éducation somatique, elle accompagne artistes et individus de tous les milieux dans un cheminement favorisant la réalisation de leur processus personnel et créatif, sur scène comme dans leur quotidien.

Diplômée de la Juilliard School (BFA en danse, 1967), elle a été répétitrice et enseignante pour la compagnie Batsheva d’Israël et le Ballet Rambert de Londres. Depuis 1974, elle est enseignante et chorégraphe pour des compagnies, des écoles de danse et universités à travers le Canada. Sa perspective unique en danse a pris forme grâce à sa formation durant les années 1960 et 1970 en technique Alexander auprès de Rika Cohen et Katya Michaeli, en Pilates avec Bob Fitzgerald, en idéokinésie avec Lulu Sweigard, en Kinetic Awareness avec Elaine Summers ainsi qu’en voix et en théâtre avec Ann Skinner et Richard Pochinko.

Son désir d’intégrer un processus créatif et personnel à une formation en danse l’a inspirée à fonder, en 1981, avec sa collègue Candace Loubert, Les ateliers de danse moderne de Montréal (LADMMI), aujourd’hui l’École de danse contemporaine de Montréal, l’une des écoles les plus réputées de sa discipline au Canada.

Il y a 25 ans, Linda Rabin s’orientait vers l’éducation somatique. Elle étudie l’anatomie fonctionnelle et les schèmes du développement moteur de l’enfant avec Bonnie Bainbridge Cohen pour devenir praticienne en Body-Mind Centering®. En 1998, Linda découvre le Continuum et suit une formation intensive avec la fondatrice Emilie Conrad et sa collègue Susan Harper, créatrice de Continuum Montage. Trois ans plus tard, elle est autorisée à l’enseigner. Si le Continuum demeure aujourd’hui au cœur de sa pratique, Linda puise aussi dans la richesse de son parcours en danse, théâtre, Body-Mind Centering® et autres études somatiques.

Elle donne des stages au niveau international, dans sa ville natale de Montréal, ailleurs au Canada, en Europe, en Asie et en Israël. Son amour des voyages, des langues et des rencontres avec d’autres cultures l’incite à parcourir le monde. Linda partage sa passion de vie avec des personnes de tous horizons : le mouvement comme art et guérison, comme chemin de connaissance et pratique spirituelle.

En 2018, Linda Rabin est nommée membre distinguée l’Ordre de l’excellence en éducation (Québec) à titre de membre distingué ; l’année suivante, elle devient membre de l’Ordre du Canada.

Complément d’information
Le Devoir, 29 février 2020
Encyclopédie Canadienne

LA DANSE DU CŒUR, marche pour le climat 2019 | Nouveau vidéo

Dans le cadre des journées de la culture 2019, le Département de danse de l’UQAM s’est associé à la chorégraphe et diplômée de la maîtrise en danse Sarah Dell’ava afin de présenter LA DANSE DU CŒUR lors de la marche pour le climat du vendredi 27 septembre 2019.

Ce moment magique a réuni des participants de tous les âges et de différents horizons, étudiants, diplômés, employés de soutien, professeurs et chargés de cours du Département de danse ainsi que des proches collaborateurs de la chorégraphe.

LA DANSE DU CŒUR, un groupe de 30 personnes qui a l’unisson a transmis les pulsations de chacun en les offrant à la planète et aux marcheurs présents.

LA DANSE DU CŒUR
Une proposition de Sarah Dell’Ava
En collaboration avec le département de danse de l’UQAM

Vidéo-danse réalisée par Robin Pineda Gould
Chant : Léa Dargis-Deschesnes
Avec : Pamela Aubé, Catherine Aucuit, Kerwin Barrington, Léonie Bélanger, Fanny Bélanger-Poulin, Alain Bolduc, Stéphane Bonillo, Melwan Bonillo, Anne-Claire Bouchard-Roberge, Ariane Boulet, Sarah Buono-Fredette, Emilie Cardu-Beauquier, Alexandra Caron, Diana Catalina Cardenas, Matéo Chauchat, Camille Courchesne-Couturier, Châtelaine Côté-Rioux, Ariane Dubé-Lavigne, Geneviève Dussault, Matteo Esteves, Rozenn Lecomte, N.Zoey Gauld, Lila Geneix, Nicole Harbonnier-Topin, Carolanne Létourneau, Rose Morel, Caroline Namts, Claire Pearl, Johanny Rosa

Lundi 2 novembre 2020 | Katya Montaignac rencontre la chorégraphe Rhodnie Désir

Organisé par L’École supérieure de théâtre de l’UQAM, Le Département de danse de l’UQAM et PRint, nous vous invitons à une rencontre virtuelle avec Rhodnie Désir animée par la chargée de cours Katya Montaignac.

Danser : mon corps politique pour 
Lundi 2 novembre 2020 de 12 h 45 à 14 h 30
Évènement en lignehttp://uqam.zoom.us/j/88596807735

Katya Montaignac s’entretiendra avec la danseuse et chorégraphe Rhodnie Désir sur les questions du corps dansant (comme prisme sur le monde, sujet et outil de connaissance), la danse comme vecteur politique et les enjeux décoloniaux liés à la démarche de la créatrice.

Rhodnie Désir cumule plus de 12 ans d’expertise au Canada et à l’international comme chorégraphe, conférencière et stratège en développement d’actions culturelles d’envergure. Portant les valeurs d’équité et d’humanité au cœur de son engagement, elle développe quinze œuvres chorégraphiques (RD créations) et plus de 2200 actions culturelles jeunesse (DÊZAM). Sa signature chorégraphique-documentaire et afro-contemporaine unique la mène à édifier le projet pionnier BOW’T TRAIL dans six pays des Amériques, et à participer à la Programmation Culturelle Francophone des JO2016 (Brésil) de même qu’au Séminaire «Les artistes et la mémoire de l’esclavage: résistance, liberté créatrice et héritages» (UNESCO), pour ne nommer que ceux-là. Lauréate du Grand Prix Lys de la diversité en 2016 et présidente du Montréal, arts interculturels, les Conseils des arts l’interpellent fréquemment comme Jury (CAC, CALQ, CAM). Elle aspire à mettre son savoir au profit d’actions valorisant l’innovation, l’équité, le pouvoir de l’art et la parole citoyenne.

« Peut-être que la création c’est d’accepter qu’à chaque millième de seconde, on peut indéfiniment se re-créer pour mieux composer le monde dans lequel on existe. »

Chacune de mes œuvres est créée et réfléchie de manière à transmettre, réveiller, révéler et rencontrer ces mémoires vives, présentes, anciennes et bien actuelles du monde. Ces actions se concrétisent autant par la médiation culturelle, particulièrement auprès de jeunes, que par la recréation d’œuvres s’appuyant sur des rencontres de rythmiques ancestrales (tambour et voix). – Rhodnie Désir


Département de danse

Le Département de danse de l’UQAM offre un enseignement universitaire qui apporte de nombreux avantages à l’artiste en devenir. Assuré d’une formation rigoureuse au quotidien, il développe tout à la fois technique corporelle et pensée réflexive sur sa profession et ses habiletés

Suivez-nous

Coordonnées

Département de danse
Local K-4210
840, rue Cherrier
Montréal (Québec) H2L 1H6