QUE DES CENDRES : PROGRAMME


Le Département de danse de l’UQAM tient à souligner que nous sommes réuni.e.s ce soir sur un territoire ancestral qui a longtemps été un lieu de rencontres et d’échanges entre les peuples autochtones, dont nous souhaitons honorer la mémoire. Dans le même esprit, notre communauté universitaire s’engage à animer et à respecter ce lieu selon des principes d’inclusion, d’ouverture, de dialogue et d’équité envers les Premières Nations, les Inuits et les Métis, et envers tous les groupes qui composent notre société.


​​Le Département de danse de l'UQAM présente QUE DES CENDRES; le spectacle des finissantes 2023 des profils interprétation et création du baccalauréat en danse. Deux œuvres créées et interprétées par les finissantes dans le cadre du cours Spectacle chorégraphique libre.

IMMATÉRIEL

Nous vous présentons Immatériel, une œuvre explorant la notion de dissonance en lien avec l'écocide en cours.  Nous avons voulu mettre en exergue l'apathie que nous observons quotidiennement en dépit de l'urgence criante. 

Montagnes, insouciance, mouvance inhibée, abondance, exubérance, excès, incendiaire, inondation matérielle, Éclatement, Étrangeté, Angulaire.

La bouilloire siffle et le panneau clignote.
Nos corps s'effacent derrière la paroi glacée.
Ils s'ensevelissent dans le creux abyssal du canapé. 
Cette abondance est notre dissonance, notre ignorance.
Étrange, matérielle, angulaire,
Notre colère est incendiaire.
Il faut la faire irradier. 

Chorégraphie en collaboration avec les interprètes I Jeanne Tétreault
Interprétation et collaboration à la chorégraphie I 
Estelle Beaulieu 
Adrianne Bélanger
Elisa Martin 
Audrey Mercier
Lucca Bella Stothers

Estelle Beaulieu
Adrianne Bélanger
Elisa Martin 
Audrey Mercier
Lucca Bella Stothers
Jeanne Tétreault

Conception lumière I Lauriane Cuello
Interprète & collaboration à la création en début de processus I Sarah Germain
Répétitrice & collaboration à la création I Emmanuelle Bourassa-Beaudoin
Support à la répétition I Adrianne Bélanger
Regards extérieurs | Emmanuel Jouthe & Rozenn Lecomte
Photographie & teaser I Jeanne Tétreault
Costumes I Jeanne Tétreault, les interprètes & Emmanuelle Bourassa-Beaudoin
Conseiller aux costumes I Adam Provencher

Remerciements 

Je tiens à remercier du fond du cœur les fabuleuses interprètes pour leur détermination, leur générosité, leur sensibilité et leur énergie tout au long du processus. Ce fut un plaisir de collaborer à vos côtés. Plein de lovus et de vroum vroum. 

Merci beaucoup à Danièle et à Emmanuelle de m'avoir épaulée durant ce processus. Merci pour votre gentillesse, votre écoute, votre générosité et vos inestimables conseils qui m'ont tant guidé. J’en suis vraiment reconnaissante. 

Merci Lauriane pour ta bienveillance, ton écoute et ta générosité. Je suis encore fascinée par ta capacité à saisir et à capter si judicieusement l’univers chorégraphique/conceptuel pour ensuite l’accompagner soigneusement par la lumière. C’était un plaisir de faire ta rencontre.

Merci à Emmanuel Jouthe et Rozenn Lecomte pour vos précieux regards qui ont éclairé les zones grises et qui ont poussé mes réflexions.

Merci à Alain, à Éliane et à toute l’équipe du Département de danse pour votre soutien et support.  

Merci à toutes les autres personnes qui nous ont supporté.e.s à travers ce gros processus de proche ou de loin.


Présentation des finissantes :

Estelle Beaulieu

Estelle Beaulieu
Établie à Tiohtià:ke — Mooniyang — Montréal, Estelle Beaulieu s’initie au mouvement à un très jeune âge. Ayant d’abord suivi une formation classique à Ballet Divertimento, elle décide de poursuivre ses études en danse contemporaine au Département de danse de l’Université du Québec à Montréal en 2020. Son parcours l’amène à bénéficier des expertises d’entre autres Anne LeBeau, Alanna Kraaijeveld, Rhodnie Désir, Caroline Laurin-Beaucage, Alan Lake et Esther Rousseau. Ses créations chorégraphiques, (P)ROSE (2022) et SOMETHING ALONG THOSE LINES (2023), sont également diffusées au festival Passerelle 840. Convaincue de la portée sociale de l’art, Estelle souhaite explorer les thèmes de l’identité et de la résilience dans sa pratique créative. Ses intérêts pour l’être humain, la collectivité et la politique la poussent d’ailleurs à s’interroger sur l’espace, les relations et l’environnement dans lequel elle se meut.


Adrianne Bélanger

Adrianne Bélanger
Adrianne Bélanger est une artiste basée à Montréal. Elle est initiée à la danse classique récréative dès l’âge de 3 ans puis découvre plusieurs autres styles dans le cadre d’un programme Sport-Arts-Études  durant ses études secondaires.  Ensuite, elle entreprend des études collégiales en danse classique à l’école Ballet Divertimento (2016-2019). Ces trois années lui ont permis de travailler avec plusieurs chorégraphes, dont Hélène Blackburn et Cai[DD1] [DD2]  Glover. Durant cette période, elle est stagiaire au sein de la compagnie Cas Public. De 2020 à 2023, elle poursuit sa formation en pratiques artistiques au Département de danse de l’UQAM. Au cours de ses études, elle interprète les œuvres de Caroline Laurin-Beaucage, Alan Lake et Esther Rousseau-Morin. Avec les années, elle développe une signature gestuelle associant la danse classique et la danse contemporaine. De plus, Adrianne s’intéresse particulièrement aux questions sur la fluidité et les différentes textures des mouvements tout en gardant une mobilité constante.


Elisa Martin

Elisa Martin
Originaire de France, Elisa Martin est une artiste en danse basée à Montréal. Après une formation en conservatoires, elle étudie la danse à l’Université de Strasbourg et termine actuellement son cursus au Département de danse de l’UQAM. Dans ce contexte, elle bénéficie, entre autres, de l’expertise d’Alan Lake, Esther Rousseau-Morin, Alanna Kraaijeveld et Nicolas Patry. Elle se passionne très tôt pour l’écriture, alliant les mots à sa pratique de la danse. En 2022, elle est publiée dans les Presses universitaires de Strasbourg suite à sa participation au Prix Louise Weiss. Sa danse se nourrit de l’intime et du viscéral. Attirée par une physicalité[Desnoyers1]   qui intègre de multiples textures, elle est marquée par une esthétique des contrastes, qu’ils soient dynamiques, spatiaux, relationnels, visuels ou sonores. Silhouette, sa première pièce en cocréation avec Rindra Rajason est présentée en 2022 pour les Cartes blanches du Conservatoire de Strasbourg.


Audrey Mercier

Audrey Mercier
Audrey Mercier débute une formation intensive en danse à un jeune âge. Ainsi, c’est au contact de cet art vivant que se développe une part de son identité. Tout en suivant des cours de techniques Limón et Graham, elle se perfectionne en ballet classique et en danse contemporaine. Son expérience de vie personnelle et ses études collégiales en sciences l’amènent à s’intéresser à la santé par une meilleure compréhension de son corps en mouvement. Valorisant aussi la découverte de soi et l’épanouissement personnel, elle entreprend ensuite des études en danse au Cégep Saint-Laurent qui lui permettront d’enrichir ses acquis techniques et expressifs. Une fois son diplôme collégial obtenu, Audrey poursuit son parcours au département de danse de l’UQAM. Sa formation est parsemé de rencontres artistiques déterminantes auprès d’enseignantes telles que Mélanie Martin, Véronique Dupuis, Geneviève Gagné, Manon Levac, Anne Lebeau, Geneviève Dussault et Johanna Bienaise.

Lucca Bella Stothers

Lucca Bella Stothers
Originaire de Toronto, Lucca Bella Stothers est une artiste en danse actuellement basée à Montréal – Tiohtià:ke – Mooniyang.  Ses parents œuvrant dans le domaine des arts, elle a pu toucher très tôt à différentes formes artistiques telles que le théâtre, les arts visuels, la musique et le cinéma. Pendant son parcours à l'UQÀM, elle bénéficie de l'enseignement, entre autres, d'Alan Lake, d'Esther Rousseau-Morin, de Caroline Laurin-Beaucage et d'Anne Thériault, qui l'ont poussée à dépasser ses limites en tant qu'interprète. Formée en hip-hop, en ballet, en flamenco, en jazz et de nombreux autres styles de danse, Lucca s'intéresse à l'effacement des frontières entre ces différents styles. Elle est passionnée par la dimension esthétique de la danse, par le mouvement des textiles, ainsi que par l’apport de la vidéo en danse. Elle explore ainsi la vidéo-danse, présentant ses projets chorégraphiques BOD[EE] et 4OH au festival Passerelle 840 en 2022.

Jeanne Tétreault

Jeanne  Tétreault
Jeanne Tétreault est une artiste en danse et en vidéo agissant sur le territoire Tiohtiá:ke / Montréal / Mooniyang. Elle termine actuellement son baccalauréat en danse à l’UQAM et développe une pratique multidisciplinaire. Celle-ci est inspirée et nourrie par les injustices qui la préoccupent ; qu’elles soient sociales, animales ou environnementales. Son parcours académique lui permet d’approfondir ses acquis scéniques auprès de, entre autres, Caroline Laurin-Beaucage, Emmanuelle Bourassa-Beaudouin, Alanna Kraaijeveld, Nicolas Patry, Alan Lake et Esther Rousseau-Morin. Elle collabore en tant que vidéaste, chorégraphe et interprète à maintes créations durant son parcours académique. Celles-ci sont présentées à diverses éditions du festival Passerelle 840.  Elle croit à l’art comme force motrice de solidarité et comme amplificateur de discours pour contribuer aux luttes actuelles.  Elle s’interroge sur les rapports de pouvoir, sur l’utilisation des technologies en danse et sur l’accessibilité liée à la neurodivergence dans le milieu des arts vivants.

Les écrits sur mon corps 
Le feu dans mon cœur

À l’origine de cette proposition chorégraphique, il y a un besoin de connexion avec mon héritage familial, à la fois mexicain et angolais. Je reprends des danses issues de mon enfance qui sont transmises de manière intergénérationnelle et qui représentent une importante richesse culturelle au sein de ces communautés. Mon écriture chorégraphique est guidée par le désir de créer des ponts entre l’univers des danses traditionnelles et une approche contemporaine favorisant une lecture moins centrée sur le spectaculaire et le divertissant.

Avant d’annoncer leur présence, les interprètes laissent flotter une incertitude qui marque le début de la proposition. Comme des chevaux, elles/iel prennent possession des lieux et instaurent une puissante cadence. Une polyrythmie de pieds et de corps s’enflamme et s’inscrit dans l’espace scénique qu’elles/iel partagent avec le spectateur. La musique, le mouvement, les costumes et la scénographie sont en interrelation sans hiérarchie. Il en sera de même pour tous les humains présents dans la salle. 

Une création de Melina Pires
En collaboration avec les interprètes |
Camille Gendron
Sarah Germain
Monica Navarro

Camille Gendron
Sarah Germain
Monica Navarro
Melina Pires
Lauriane Cuello

Conception lumière | Lauriane Cuello 
Conception scénographique | Lauriane Cuello et Melina Pires
Répétitrice | Sarah Bronsard
Photographie & vidéo | Jeanne Tétreault 
Costumes | Monica Navarro et Melina Pires
Conception sonore | Lobono & Melina Pires
Regards extérieurs | Noah Bride, Morgane Guillou et Charmaine Leblanc

Remerciements
Perché sur mes épaules, est posé le passé. Je lui brode quelques ornements avant, d'un jour, le donner au suivant. Je remercie toutes ces personnes qui ont su allumer la flamme de la curiosité et celles qui ont su l’alimenter. Je remercie aussi mes acolytes Camille, Monica et Sarah, vous avez accepté de m’accompagner sur la route vers l’inconnu. Merci à ma mère, tu as su me léguer la résilience nécessaire pour entreprendre le chemin vers la réussite et merci à mes ancêtres, vous soufflez la poésie qui se dépose sur ma peau et constituent le derme de mon identité.


Présentation des finissantes :

Camille Gendron

Camille Gendron
Artiste en danse contemporaine basé·e à Tiotià:ke/Mooniyang/Montréal, Camille Gendron navigue entre interprétation et création. Ayant débuté son parcours en histoire, anthropologie et études autochtones, iel nourrit sa pratique de réflexions socio-politiques et d’un désir de connexions humaines. Au Département de danse de l’UQÀM, Camille plonge sous la direction de Caroline Laurin-Beaucage, Esther Rousseau-Morin, Alan Lake et Melina Pires dans des processus créatifs qui renforcent son intérêt pour le travail d’états de corps, de présence scénique et d’interactions avec l’environnement.  Également marqué·e par l’approche somatique du Continuum et la technique Vivus de James Viveiros, iel alimente par ses sensations internes un mouvement fluide empreint de densité.

Attiré·e par les pratiques performatives et collaboratives, Camille compte parmi ses créations [re]prendre Terre (2021), court-métrage développé avec l’artiste visuelle Laurie Pouliot, ainsi que Aux effluves de fluides et de cierges (2022), pièce scénique co-créée avec Estelle Weckering en collaboration avec la multiinstrumentiste Élise Paradis.


Sarah Germain

Sarah Germain
Sarah Germain est une artiste en danse basée à Tiohtià:ke – Mooniyang – Montréal. Elle poursuit sa formation en danse contemporaine à l’UQAM où elle développe sa pratique notamment aux côtés de Caroline Laurin-Beaucage, d’Alan Lake, de Nathalie Blanchet et de Rhodnie Désir. Elle y découvre un intérêt marqué pour le champ de l’éducation somatique. Durant son parcours, Sarah présente, entre autres, deux projets solos dans le cadre du festival Passerelle 840 dans lesquels elle incarne à la fois la posture de chorégraphe et d’interprète. NYMPHÉAS (2021) et La sève au creux de mon ventre (2022)explorent l’intimité, la sensorialité ainsi que le côté viscéral de sa danse. Artiste curieuse et intuitive, elle désire continuer à enrichir sa pratique d’interprète-créatrice à travers la célébration de l’instabilité du corps dansant comme moyen pour se rapprocher de l’être fondamental dénué d’artifice.  

Monica Navarro

Monica Navarro
Monica Navarro est une artiste en danse basée à Tiohtia:ke/Montréal. Elle est issue du milieu artistique latino-américain, notamment du folklore mexicain et colombien. Elle a été membre de diverses troupes de danse tel que Le Ballet Mexicain de Montréal depuis 2014 et Tribu Kumbé depuis 2019. Elle débute sa formation en danse contemporaine à l’UQAM et travaille auprès de Caroline Laurin-Beaucage, Alan Lake et Esther Rousseau-Morin. Elle souhaite élargir ses connaissances en danse en s’intéressant à différentes approches du mouvement. Aujourd’hui, elle est passionnée de pole dance et incorpore ses acquis dans sa pratique quotidienne de la danse. Ayant suivi une formation en psychologie, Monica est aussi fascinée par les psychopathologies et les différents troubles de la personnalité. Elle se questionne sur la place qu’ils peuvent avoir dans sa démarche artistique et les explore dans son premier projet solo « My mind is where is hurts » présenté dans le cadre du festival Passerelle840 (2023).

Melina Pires

Melina Pires 
Basée à Tiohtià:ke/Mooniyang/Montréal, Mélina Pires est une artiste multidisciplinaire. Dès l’âge de 8 ans, elle se forme en danses folkloriques mexicaines et afro-latines. Depuis, une obsession pour le percussif et la podorythmie l’habite. Titulaire de deux diplômes d’études collégiales en arts et danse, elle poursuit ses études à l’Université Concordia (arts textiles), pour ensuite approfondir sa pratique artistique au Département de danse de l’UQAM.  Ce cadre lui permet de côtoyer des artistes établis tels que Dominique Porte, Alan Lake, Esther Rousseau-Morin, Marie Béland et Danièle Desnoyers. Durant ses études, elle présente des projets chorégraphiques et participe comme interprète à diverses éditions de Passerelle 840 et Usawa Production. Mélina construit un dialogue entre ces multiples intérêts à travers une écriture chorégraphique en constante évolution. Son souhait : créer des ponts culturels et communautaires à travers une rythmique qui sonne la démocratisation des arts.  

Lauriane Cuello : Conception lumière

Lauriane Cuello
Sensible aux expériences immersives et multi-sensorielles, Lauriane Cuello se dirige vers le domaine des arts visuels. Œuvrant aujourd’hui à Montréal, elle se consacre pleinement à la création d’ambiances expérientielles en adoptant les médiums scénographiques tel que le design d’espace et la conception d’éclairages. Elle nourrit sa création de l’exigence du cadre muséal, s’inspire des technologies modernes et pratique notamment la peinture sur toile. Ces recherches abordent l’idéation du parcours spectateur et la déambulation à caractère contemplatif. Dans le cadre de sa formation en scénographie, elle assiste une mise en scène de Sylvie Moreau, une référence en mimographie théâtrale. Son langage se précise et la créatrice dirige son attention sur le corps en mouvement - spectateurs et interprètes - dans ses multiples perspectives, dont celle de la danse. Son imaginaire, sa rigueur et son entregent se démarquent lors de collaborations artistiques telle que Divagation (2022), où elle signe le design espace & lumière évoquant les lucioles d’une grotte néo-zélandaise.

EXPOSITION

Le spectacle Que des cendres est accompagné de l’exposition Se laisser des cendres, ouverte tous les soirs avant et après les représentations. Monté par des interprètes des deux propositions chorégraphiques, l’espace-galerie situé au 2e étage permet de plonger dans les processus de création d’Immatériel et de Les écrits sur mon corps, le feu dans mon cœur à travers des traces écrites, sonores, matérielles et imagées.

ÉQUIPE DE PRODUCTION
Professeure I Danièle Desnoyers
Direction de production | Alain Bolduc
Technicienne responsable I Éliane Cantin
Direction technique : Catherine Bernier
Affiche: Melina Pires & Jeanne Tétreault 
Portraits des finissantes: Patrick Maltais Verrette

LE DÉPARTEMENT DE DANSE DE L’UQAM –  PLUS DE 35 ANS D’INNOVATION

Le Département de danse de l'UQAM est sous la direction de la professeure Caroline Raymond et l’unité des programmes de 1er cycle de la professeure Johanna Bienaise. Son programme de baccalauréat en danse s’adresse à des personnes de tous les horizons (de toutes provenances, de pratiques chorégraphiques diversifiées, de traditions, de cultures, de genres et de styles de danse variés) qui désirent vivre une approche expérientielle de la danse en phase avec notre société en constante transformation.

Au sein de la formation, l’étudiant.e sera invité.e à danser au quotidien, à vivre des projets de création diversifiés en individuel ou en collaboration avec ses pairs et à parfaire son expérience de scène à travers plusieurs spectacles. En plus d’une pratique soutenue, il ou elle sera également amené.e à affiner ses connaissances théoriques sur la danse et à développer ses capacités réflexives et critiques. Ainsi, l’étudiant.e se préparera au monde du travail actuel, mais plus encore : il ou elle saura le transformer en y intégrant de nouvelles pratiques, ou de nouvelles visions artistiques.

Au sein de la formation, l’étudiant.e sera invité.e à danser au quotidien, à vivre des projets de création diversifiés en individuel ou en collaboration avec ses pairs et à parfaire son expérience de scène à travers plusieurs spectacles. En plus d’une pratique soutenue, il ou elle sera également amené.e à affiner ses connaissances théoriques sur la danse et à développer ses capacités réflexives et critiques. Ainsi, l’étudiant.e se préparera au monde du travail actuel, mais plus encore : il ou elle saura le transformer en y intégrant de nouvelles pratiques, ou de nouvelles visions artistiques.

En bref, le programme de baccalauréat en danse prépare à œuvrer en collégialité dans le domaine de la danse et dans son champ élargi pour contribuer à relever de futurs défis professionnels et à bâtir le monde de demain.

Département de danse

Le Département de danse de l’UQAM offre un enseignement universitaire qui apporte de nombreux avantages à l’artiste en devenir. Assuré d’une formation rigoureuse au quotidien, il développe tout à la fois technique corporelle et pensée réflexive sur sa profession et ses habiletés

Suivez-nous

Coordonnées

Département de danse
Local K-4210
840, rue Cherrier
Montréal (Québec) H2L 1H6